Prévention du cancer du pancréas

Sommaire

Les symptômes et les causes étant compliqués à déterminer, la prévention du cancer du pancréas est, à ce jour, la meilleure arme pour lutter contre cette maladie.

Pas de dépistage généralisé pour le cancer du pancréas

Il n'existe pas de dépistage généralisé du cancer du pancréas. En effet, il n'est pour le moment pas possible de détecter les formes débutantes de ce cancer.

Bien qu'on puisse envisager de dépister les personnes à risque cela est problématique. En effet, les examens à réaliser nécessitent des anesthésies générales régulières et cela présente un risque trop important quand on sait que l'on n'a qu'une chance sur 10 000 de retrouver un cancer du pancréas.

Une étude réalisée en Allemagne a analysé les IRM et écho-endoscopies chez 76 patients ne présentant pas de symptômes mais ayant des parents ayant eu le cancer du pancréas. Un tiers des écho-endoscopies et près d'un quart des IRM ont permis de retrouver des anomalies. Cela a conduit à réaliser sept interventions chirurgicales (soit moins de 10 %). Aucun cancer du pancréas de haut grade n’ayant été retrouvé, les auteurs de l'étude concluaient en l’absence de justification d’un programme de surveillance dans cette indication au regard des conséquences d’une pancréatectomie.

Par ailleurs, même s'il existe des marqueurs sanguins de ce cancer (le CA19-9, notamment), ceux-ci ne sont pas suffisamment spécifiques du cancer du pancréas pour qu'on puisse s'y fier et on ne peut pas proposer un scanner à tout le monde.

Toutefois, des études sont menées chez les personnes à qui l’on découvre de façon fortuite une petite tumeur à l’intérieur des canaux du pancréas. En effet, certaines de ces tumeurs intra-canalaires dégénèrent en cancer du pancréas. Si on parvient à les repérer à l’avance, on pourrait alors proposer aux patients concernés une chirurgie suffisamment précoce pour permettre d'échapper à un cancer du pancréas.

De plus, il serait intéressant de surveiller les femmes ayant présenté un diabète gestationnel au cours de leur grossesse. En effet, une étude française met en évidence une forte augmentation du risque de cancer du pancréas dans les huit années qui suivent le diagnostic.

Source : Simon J et al. Risque de cancer du pancréas huit ans après un diabète gestationnel à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d’information. Revue d'épidémiologie et de santé publique. https://doi.org/10.1016/j.respe.2019.01.011.

Limiter les facteurs de risque : la meilleure des préventions

Bien qu'il n'existe pas de dépistage du cancer du pancréas, il reste possible de le prévenir en faisant en sorte de réduire le plus possible les facteurs de risque qui peuvent l'être.

Dépister les prédispositions héréditaires

En ce qui concerne les prédispositions héréditaires, une consultation d'oncogénétique doit être envisagée. Elle s'attachera notamment à retrouver les gènes BRCA2, PALB2 et ATM, et parfois les gènes CDKN2A et BRCA1.

Cette consultation permettra d’expliquer aux patients :

  • le risque de cancer du pancréas en fonction des éventuelles mutations génétiques retrouvées ;
  • l'intérêt des stratégies de dépistage et de surveillance ;
  • leur mode de déroulement (la fréquence de réalisation des examens conseillée est d’un an).

L’écho-endoscopie (associée à la ponction) et l’IRM sont les outils les plus performants pour dépister les lésions précancéreuses chez les personnes qui présentent des antécédents caractérisés de cancer du pancréas familial (contrairement au scanner et à la cholangiographie rétrograde endoscopique en raison de l’irradiation et des risques qu'ils font encourir).

L’âge de début de la surveillance est de 40 ans (ou 10 ans avant l’âge du plus jeune des cancers dans la famille).

Tabagisme

Le sevrage tabagique doit être très fortement encouragé, que le tabagisme soit récent ou ancien.

Dans le cadre du cancer du pancréas, cela est encore plus nécessaire si le patient présente des antécédents familiaux de cancers du côlon, du sein, des ovaires ou de mélanomes.

S’il n’y avait pas de tabagisme, « on éviterait entre 20 et 30 % des adénocarcinomes pancréatiques », souligne le Pr Philippe Levy du service de pancréatologie et d’oncologie digestive de l' Hôpital Beaujon (Clichy).

Alcool

Pour prévenir l'apparition de cancers du pancréas la consommation régulière d'alcool doit aussi être découragée. En effet, l'alcool favorise l'apparition de pancréatites chroniques elles-mêmes responsables de certains cancers pancréatiques.

Selon certaines études, on retrouverait aussi un risque plus élevé d'adénocarcinome canalaire pancréatique dans les trois à dix ans après une pancréatite aiguë. Plus le nombre d'épisodes de pancréatite aiguë augmente, plus le risque serait grand, quelle qu'en soit la cause (calculs biliaires, tabac ou alcool).

Surveiller son alimentation

Surpoids et obésité

Le premier facteur de risque du cancer du pancréas à éliminer est le surpoids (IMC supérieur ou égal à 25) et l'obésité abdominale (tour de taille supérieur à 88 cm chez les femmes et à 102 cm chez les hommes).

En effet, l'excès de tissus graisseux favorise les inflammations, ce qui facilite l'apparition des cancers. Ainsi, prévenir l'apparition d'un cancer du pancréas commence par veiller à maintenir un poids « normal » (IMC compris entre 21 et 23), et à ne pas prendre trop de ventre.

Il faut également faire attention à ne pas consommer trop de sucre raffiné ni de produits laitiers de vache (exceptés s'ils sont issus de l'agriculture biologique), le diabète de type 2 étant généralement associé à cette accumulation de graisse intra-abdominale.

Alimentation riche en vitamine B9

Il est possible d'adopter une alimentation susceptible de participer à la prévention du cancer du pancréas.

Il est notamment conseillé de consommer des aliments riches en vitamine B9 (acide folique). Certaines études soulignent que les risques de développer un cancer du pancréas sont deux fois moins élevés chez les personnes ayant les apports en vitamine B9 élevés.

Il est donc recommandé de consommer régulièrement des aliments riches en folate tels que des légumes verts, des salades, des abats, des fruits secs, du maïs, des œufs, des fromages fermentés, etc.

Bon à savoir : la vitamine B9 étant sensible à la chaleur il est conseillé de limiter la durée de cuisson des légumes.

Consommer des fruits

Les fruits sont des aliments anticancers puisqu'ils sont riches en vitamine C et en antioxydants. Ainsi, consommer beaucoup de fruits (deux par jour au minimum) diminuerait le risque de présenter un cancer du pancréas.

L’augmentation de l’obésité, et surtout du diabète, est l’une des hypothèses avancées pour expliquer la hausse des cas de cancer de pancréas, qui pourrait être en lien avec une perte de qualité dans l’alimentation.

Consommer des noix et arachides

Selon une méta-analyse, une augmentation de 5 g/j de noix et d’arachides est associée à une réduction des risques de 3 % pour les cancers globaux et de 6 % pour les cancers pancréatiques.

Limiter la consommation de viande rouge

La viande rouge est un aliment qui favorise la survenue du cancer du pancréas (le fer qu'elle contient peut participer à la production de radicaux libres).

Ainsi, il est préférable de limiter sa consommation de viande rouge à maximum 500 g par semaine et d'éviter le plus possible la charcuterie. Il est néanmoins important de consommer des protéines animales. Pour cela, privilégiez le poisson et la viande blanche (volailles).

Il faut également faire en sorte de limiter sa consommation de graisses animales.

Exercer une activité physique

Il est important de pratiquer une activité physique régulière pour :

  • favoriser l'oxygénation des tissus ;
  • réguler la pression sanguine ;
  • réguler le transit intestinal ;
  • réguler la résistance à l'insuline.

Ces différents éléments ont un impact plus ou moins direct sur la sécrétion de la bile et des enzymes digestives et donc sur l'activité du pancréas. Ainsi, il est très fortement recommandé de pratiquer une activité physique quotidienne, d'autant que cela permet de lutter contre le surpoids et l'obésité, eux aussi responsables de certains cancers du pancréas.

Aussi dans la rubrique :

Traitements et prévention du cancer du pancréas

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider